Argumentaires

Etienne BIMBENET

(Université de Bordeaux Montaigne)

L’indication originaire. Une anticipation marxiste de la Joint Attention

En 1973, dans les Recherches sur l’origine du langage et de la conscience, Tran Duc Thao situe l’origine de l’intentionnalité en tant qu’humaine dans le geste de l’indication. Ce faisant il anticipe la découverte d’un phénomène que la psychologie de l’enfant et une certaine primatologie des années 1990 et 2000 mettront au centre de leurs investigations, la Joint Attention (Attention partagée). Ainsi le même comportement se découvre au sein de deux cadres théoriques bien distincts : l’anthropologie hégéliano-marxiste d’un côté, une philosophie de l’esprit largement cognitivisée de l’autre. Nous tenterons la confrontation

Antonino BONDI

(ENS de Lyon – LabEx Aslan)

Phénoménologie sémiotique et matérialisme dialectique entre sciences du langage et théorie de l’expérience

Dans les dernières décennies, les recherches en sémiotique, en sciences cognitives et en philosophie du langage ont montré un nouveau intérêt pour les perspectives phénoménologiques et matérialistes issues des philosophies du XXème siècle. Dans cette intervention, je voudrais focaliser mon attention sur une proposition théorique en sciences du langage que l’on pourrait définir comme phénoménologie sémiotique (Rosenthal, Visetti 2010). Cette perspective voulant croiser de façon native une étude de ce qui fait signe dans ses phases d’apparition, stabilisation-institutionnalisation, emploi et déformation incessante par les sujets et les communautés, se préoccupe de tenir ensemble dans un canevas descriptif hétérogène les principes et les dynamiques de constitution des expériences de sens. C’est dans ce contexte qu’une telle perspective a essayé de prolonger (et de croiser) une linguistique et une sémiotique herméneutique et textuelle, et même fortement pragmatique, avec une proposition phénoménologique qui puisse articuler les différentes phases (matérielles et symboliques) de la conscience sémiotique. Si la sémiose se constitue comme un champ de co-constitution de forces et de formes, et si elle se produit comme reprise continuelle et transformation sans cesse de la conscience sémiotique elle-même, maintes questions se posent: comment se constitue alors cette conscience sémiotique? Quelles sont les dynamiques matérielles et psychiques d’un tel mouvement? Peut-on sérieusement penser en termes de genèse des formes, sans tenir compte de la socialité du sens et de la nature fortement sémiotique de la perception? Et, si l’on accorde ce pouvoir sémiotique à la perception, comment concevoir le déploiement social et institutionnel, sans oublier le nécessaire rôle du vécu expérientiel qui traverse toute construction sémiotique? Dans ce contexte, les recherches sur l’origine du langage et de la conscience de Tran Duc Thao représentent une tentative intéressante, pour proposer une archéologie de cette perspective de phénoménologie sémiotique. Les propositions de Tran Duc Thao sur la constitution indicative et ostensive de l’expérience sémiotique (et que l’on pourrait qualifier d’originairement gestuelle de la sémiose) essaient de tenir ensemble la dimension perceptive de la sémiose et la nature sociale et sémiotique de la perception. Nous explorerons cette tentative en en vérifiant l’ampleur conceptuelle et la teneur modélisante.

Matteo Vincenzo D’ALFONSO

(Università di Ferrara)

Anthropogenèse et naissance du langage: Tran-Duc-Thao et les neurosciences, un dialogue possible ?

Dans Le mouvement de l’indication comme forme originaire de la conscience (1966), s’interrogeant sur le rapport entre le psychisme sensori-moteur et le psychisme conscient Trân-Duc-Thao formule l’hypothèse que la naissance de la conscience humaine coïnciderait avec l’avènement des outils. Cette hypothèse se fondait sur l’observation que les opérations finalisées à la création d’outils inclueraient déjà la projection d’une image idéale de l’objet à produire. Trois ans plus tard, dans l’essai Du geste de l’index à l’image typique (1969), Tran-Duc-Thao arrive même à soutenir qu’une forme embryonnaire de conscience serait déjà là dans le simple geste d’indiquer puisque ce dernier implique de l’intentionnalité. A nos yeux cette réflexion se trouve aujourd’hui confirmée sur le plan empirique par un certain nombre de recherches neuroscientifiques concernant les relations entre les mouvements des mains et la naissance du langage. Les résultats des recherches de Fadiga (et a. 2007) prouvent notamment que les neurones des aires du cerveau responsables pour le langage (les aires de Broca) déchargent à la simple perception ou vue du mouvement de porter la main à la bouche (mirror neurons). A partir de là les auteurs de cette étude formulent l’hypothèse que le langage pourrait se développer par des représentations de tels mouvements main–bouche. Dans la même direction Craighero 2014 soutient que le système moteur serait impliqué dans les fonctions cognitives. Par leur mise en parallèle notre intervention veut esquisser une interprétation des résultats empiriques des recherches neuroscientifiques mentionnées à partir du concept d’intentionnalité chez Thao.

Guillaume DECHAUFFOUR

(Université Paris-Sorbonne – Paris IV)

La construction mutuelle du sujet et du monde : la méthode génétique et l’hypothèse de la récapitulation chez Piaget et chez Tran Duc Thao

Dans la seconde partie de Phénoménologie et matérialisme dialectique et dans les Recherches sur l’origine du langage et de la conscience, la démarche de Tran Duc Thao repose sur l’interprétation commune des résultats de la paléoanthropologie et de la psychologie du développement. Il justifie cette combinaison par l’idée que l’ontogenèse reproduit nécessairement la phylogenèse. Cette méthode trouve sa source dans le matériau même à partir duquel elle opère : les travaux de Jean Piaget sur la construction du réel chez l’enfant. Nous nous intéresserons donc aux présupposés que charrie la psychologie piagétienne et à l’interprétation que Piaget en propose lui-même dans le cadre de l’épistémologie génétique. Nous établirons ainsi qu’il est possible de rapprocher les projets philosophiques de Piaget et de Tran Duc Thao sur la base de leur conception temporelle de la vérité. Cette mise en parallèle permettra de dégager, sous l’apparente simplicité de l’analogie entre l’histoire de l’individu et celle de l’espèce, une pluralité des gestes philosophiques dont nous chercherons à montrer la légitimité, la fécondité et la compatibilité avec les résultats des sciences du vivant.

Yohann DOUET

(Université Paris Nanterre – Université de Poitiers)

Critique de l’idéologie et genèse des idéalités chez Tran Duc Thao

Nous esquisserons l’apport des travaux de Tran Duc Thao à la question de l’idéologie. Bien que cette notion y soit rarement thématisée explicitement, deux éléments méritent d’être relevés. Le chapitre 2 de la partie 2 de Phénoménologie et matérialisme dialectique élabore une critique des idéologies de la transcendance, expliquées à partir de la propriété privée. Les Recherches sur les origines du langage et de la conscience rendent compte de la genèse des idéalités en faisant notamment intervenir différentes configurations de la division sociale du travail. Nous tâcherons de montrer qu’une telle conception des idéalités apporte une perspective novatrice pour l’analyse des idéologies (en particulier religieuses), et qu’elle peut notamment entrer dans un dialogue fructueux avec les théories d’Althusser.

Andrea D’URSO

(Università del Salento, Italie – Université SHS Lille 3)

Trân Duc Thao entre Bakhtine et Rossi-Landi : le travail linguistique dans l’hominisation et dans l’homologie de la reproduction sociale

Cette contribution voudrait expliciter des convergences peu explorées entre Tran Duc Thao, Mikhaïl Bakhtine et Ferruccio Rossi-Landi. À partir des mêmes passages de L’Idéologie allemande et des Grundrisse, que Bakhtine accroît de ces études avant que ces ouvrages soient connus, Thao conçoit « le mouvement d’indication comme forme originaire de la conscience », recoupant également des concepts bakhtiniens sur la conscience comme « discours intérieur », et Rossi-Landi élabore en 1965 sa théorie de « l’homologie de la production linguistique et de la production matérielle », considérant la coexistence du travail proprement dit et du langage comme moteur de l’hominisation qu’étudiera Trân Duc Thao.

Patrick FLACK

(Institut Centre-Européen de Philosophie, Université Charles de Prague)

Philosophie du langage chez Kita Megrelidze, Hendrik Pos et Tran Duc Thao: Un tryptique entre phénoménologie, structuralisme et matérialisme dialectique

L’objectif de cette présentation est de contextualiser et de mettre en évidence une convergence étonnante sur la question de l’origine du langage entre Tran Duc Thao et deux penseurs relativement méconnus mais importants à leur époque, le philosophe marxiste géorgien Kita Megrelidze (1900-1944) et le linguiste et philosophe néerlandais Hendrik Pos (1898-1955). Cet exercice comparatif jettera en particulier un certain éclairage sur la densité et la complexité des liens historiques entre phénoménologie, structuralisme et matérialisame dialectique sur la question du langage.

Timothée HAUG

(Université de Strasbourg)

Le concept de « production » dans la dialectique de la nature de Tran Đức Thảo : penser la rupture anthropologique au sein de la continuité ontologique

L’anthropogenèse entreprise par Tran Duc Thao dans la deuxième partie de Phénoménologie et matérialisme dialectique est fondamentalement naturaliste, en ce sens qu’elle cherche à fonder l’émergence de la vie humaine dans un développement graduel des formes de consciences animales. Pourtant, elle n’abandonne pas l’ambition de comprendre la socialité propre de cette existence comme une rupture anthropologique au sein d’une continuité ontologique. En revenant sur certaines sources implicites de son argumentation dans quelques textes fondateurs de Hegel, Marx et Engels, il s’agira d’indiquer la fonction charnière qu’il attribue au concept de production pour résoudre cette difficulté. Cela nous permettra d’interroger le statut problématique de la dialectique de la nature, tiraillée entre naturalisme téléologique justifiant le progrès de l’histoire vers le communisme, et naturalisme différencié visant à comprendre la socialité spécifique de l’homme sans nier sa naturalité.

Jean-Jacques LECERCLE

(Université Paris-Ouest Nanterre)

A propos du matérialisme en linguistique

Dans un premier temps, on montrera en quoi les Recherches de Trần Đức Thảo doivent être prises comme une critique du structuralisme en linguistique, mobilisant un certain nombre de concepts et thèses de la tradition marxiste (primat de l’être sur la pensée, langage de la vie réelle, co-originarité du langage et du travail, etc.) pour critiquer les principaux concepts saussuriens (linguistique interne, langue, signe, arbitraire du signe, valeur). Dans un second temps, on tirera des leçons de Trần Đức Thảo quant à la conjoncture actuelle en philosophie du langage, en particulier en ce qui concerne le concept d’interpellation comme prolongement du signe de l’indication.

Jérôme MELANÇON

(University of Regina)

La production et l’intentionnalité : de l’origine et de la genèse matérielles et pratiques de la conscience selon Tran Duc Thao

Prenant l’envers de nos travaux précédents sur l’illusion de la conscience pure et la critique de la philosophie idéaliste, nous nous tournerons ici sur les descriptions qu’offre Tran Duc Thao de la conscience que l’on pourrait dire réelle. Celle-ci apparaît à travers le prisme du langage, dans ce qu’il comporte à la fois de matérialité et d’idéalité. La production des moyens de vie dans le cadre de l’existence collective s’avère être un thème que Thao reprend dans la plupart de ses travaux; c’est de cette production qu’émergent l’intentionnalité ainsi que la conscience de soi. Puisque la philosophie de Tran Duc Thao, comme celle de Husserl, fut constamment recommencée et infléchie, nous tâcherons de montrer ce qui, à chaque étape de l’avancée philosophique de Thao, constitue un acquis à préserver. En effet, chaque moment de sa pensée est l’occasion d’une reprise à neuf de ses études précédentes, reprise qui s’appuie toutefois sur des éléments à conserver et à réintégrer dans un nouveau contexte – dans les textes des années 1940; dans les Recherches et des autres écrits des années 1960-70 relatifs au langage et à la conscience; et dans les textes publiés en revue ou à compte d’auteur au début des années 1990. L’étude des moments où apparaît la question de l’émergence historique (origine) et géographique/contextuelle (genèse) de la conscience permettra d’isoler la philosophie pratique et matérielle de la conscience que Thao a pu proposer.

Laurent PERREAU

(Université de Franche-Comté)

Expérience antéprédicative et expérience matérielle chez Trần Đức Thảo

Dans Phénoménologie et matérialisme dialectique, Trần Đức Thảo reproche à Husserl de faire de l’expérience antéprédicative un vécu abstrait, détaché des pratiques effectives et il recommande, en somme, de fonder l’expérience antéprédicative sur l’expérience matérielle. À cette fin, il met au jour la genèse de la conscience depuis la nature, par le biais de la production et de l’expérience de la matérialité. En revenant sur la philosophie du dernier Husserl, désormais mieux connue, on cherchera à montrer que celle-ci est à même de nourrir les analyses développées par Trần Đức Thảo et que la conception que le dernier Husserl se fait de la praxis et de la communauté sociale est en réalité très proche de celle de Trần Đức Thảo. On pourra également, par là, préciser le point de divergence entre les deux auteurs, relativement à la genèse de l’expérience antéprédicative.

Guilherme COSTA RISCALI

(Université de Lisbonne)

Matérialisme et matérialité chez Tran Duc Thao

Thao rencontre dans l’œuvre de Husserl une contradiction entre le projet transcendantal de la phénoménologie et les analyses de la genèse passive. Ces analyses révèleraient une synchronie avec des résultats psychologiques concrets lesquels seraient le sens réel de la phénoménologie aussi bien que la voie de son rapprochement au matérialisme dialectique. Mais si la phénoménologie génétique permet une critique du passage de la matière à l’idéalité, une lecture psychologisante de la genèse passive risque de retomber dans une notion de matérialité qui n’assure ni la complexité propre à la notion phénoménologique de constitution ni la richesse du matérialisme dialectique.

Didier SAMAIN

(ÉSPÉ, Paris Sorbonne)

Technique ou fiction ? Similitudes et divergences entre Trần Đức Thảo et les savoirs de son époque.

L’historien des sciences retrouve dans le programme génétique de Trần Đức Thảo nombre de postulations d’époque, qu’il s’agisse du projet lui-même : proposer une théorie non physicaliste du sens incarné (on songera par exemple à Tolman), du rôle attribué à la deixis, à la nomination, à la prototypie, à l’interaction (autant de choses familières aux linguistes germanophones depuis Wegener), etc. Mais linguistes et psychologues de la période restaient généralement prudents sur les questions d’émergence, et eussent sans doute considéré que les thèses de l’auteur excédaient l’ambition des sciences, dès lors qu’elles complétaient l’observable par une postulation d’ensemble (l’hypothèse de la récapitulation), une méthode (l’extension analogique), des schémas génétiques (e.g. l’inhibition), à quoi il faut encore ajouter une stratégie narrative. Il en résulte un effet de puzzle, à la fois proche et lointain de thèses contemporaines. C’est ce qu’on exposera rapidement.

Ovidiu STANCIU

(Sciences Po, Paris)

Le lieu de la négativité. Tran Duc Thao, Kojève et le « contenu réel » de la Phénoménologie de l’Esprit

Je me propose de restituer les axes majeurs du dialogue philosophique noué par Alexandre Kojève et Tran Duc Thao à propos de la signification qu’il convient d’attribuer à la dialectique hégélienne. Le noyau du débat touche à la question de la négativité : doit-elle demeurer confinée dans un registre anthropologique, comme le veut Kojève, ou bien est-il légitime de lui attribuer une extension véritablement universelle, comme le soutient Tran-Duc-Thao à la suite de Hegel ?

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :